Le dernier système d’immatriculation des véhicules a vu le jour en avril 2009. Outre une refonte totale de la façon dont les plaques minéralogiques de véhicules doivent être renseignées en France, l’Administration Publique offre également de nouvelles possibilités aux utilisateurs d’acquérir le précieux sésame de la conduite sur route de leur nouveau véhicule.

Le parcours du combattant

Les conducteurs de véhicules ayant quelques années d’expérience ont tous en mémoire la façon dont ils ont obtenu la carte grise de leur véhicule : pose d’un jour ou d’une demi-journée de congé et longue file d’attente dans le service ad-hoc de la Préfecture ou de la Sous-Préfecture de leur lieu de résidence. Le document obligatoire qui doit contenir le pedigree technique et administratif du tout nouveau véhicule (affublé du nom de carte grise) ne pouvait s’obtenir jusqu’à il n’y a pas très longtemps qu’après avoir fait preuve de beaucoup de patience et au prix de certain sacrifice. Avec la nouvelle loi, l’automobiliste peut s’il le souhaite s’affranchir d’un tel parcours du combattant.

Les nouveaux moyens

Parmi les nouvelles voies d’obtention de la carte grise, la demande en ligne est sans doute la plus révolutionnaire. Au moins la plus efficace et la moins consommatrice de temps. En quelques clics et globalement en quelques minutes, un automobiliste peut effectuer sa demande en ligne (site Cartegrise.com) sans se déplacer physiquement jusqu’au service de délivrance de la République. Notons également la possibilité pour un nouvel acquéreur de véhicule de laisser le garage ou le professionnel de l’automobile agréé le soin de s’occuper de la confection de la nouvelle carte grise. Une seule condition tout de même : le professionnel effectuant la demande de carte grise doit être agréé par le Trésor Public et habilité par le Ministère de l’Intérieur. Depuis ce changement autorisé par la Loi, le nombre d’immatriculations hors Préfecture n’a fait qu’augmenter avec les années. Plus d’informations sur : http://www.cartegrise.com/.