Petit, vous jouiez aux gendarmes et aux voleurs avec vos amis en mimant un pistolet avec vos doigts et en poussant de tonitruants « Pan ! Pan ! » qui résonnaient dans la cour de récréation ? Ce n’est pas parce que vous avez grandi que vous ne pouvez plus jouer. Mais oubliez votre main-pistolet et équipez-vous d’un pistolet à billes pour des joutes immersives au possible. Bienvenue dans le monde de l’airsoft !

Jouer à la guerre entre adultes, c’est possible

L’airsoft est une activité qui divise généralement : il s’agit de « jouer à la guerre » avec des armes factices projetant des billes en s’inspirant, très souvent, de la réalité. Concrètement, le principe est simple puisqu’une manche oppose généralement deux équipes aux effectifs variables. Un scénario est déterminé et les objectifs des deux équipes sont fixés dès le départ : la première équipe à atteindre son objectif remporte la partie.

Ces objectifs peuvent varier du simple « deathmatch » qui consiste à éliminer tous les membres de l’équipe adverse à des objectifs plus complexes, inspirés de situations militaires réelles : protéger un VIP, escorter un convoi ou secourir un ou plusieurs otages (d’autres exemples à retrouver sur ce lien). Dans tous les cas, il faut faire preuve stratégie et de travail d’équipe, sous peine de laisser l’équipe adverse remporter la partie.

Le cœur de l’action implique d’éliminer les adversaires à l’aide d’une arme à bille nommée réplique. Très souvent inspirées d’armes réelles allant du fusil d’assaut Kalachnikov au revolver en passant par le fusil de sniper, ces répliques propulsent à grande vitesse des billes de plastique qui ne blessent pas (bien qu’il soit obligatoire de porter des lunettes homologuées pour éviter tout risque de blessure). Si un airsofteur est touché, il doit se déclarer et, selon le scénario prévu, attendre l’arrivé d’un « médecin » ou rejoindre la zone de « respawn » d’où il pourra repartir à l’assaut. Les billes ne laissant pas de marque, il est possible de tricher mais les joueurs qui ont recours à ce genre de tactique sont, bien entendu, très mal vus et surnommés « zombies ».

Famas Marui par Shop Gun
Réplique de Famas par la marque Marui

L’équipement, un point capital de l’airsoft

Ce qui fait tout le sel de l’airsoft, c’est l’importance de l’équipement. Là où d’autres sports impliquant de fausses armes ont développé leur propre univers, l’airsoft s’inspire du monde réel jusque dans les moindres détails.

Au centre de l’attention, la réplique est à choisir avec soin en fonction du budget que vous compter allouer, du style de jeu que vous privilégiez mais également de l’aspect que vous préférez. Si vous cherchez un fusil d’assaut, vous pourrez aussi bien choisir un M4, une kalachnikov ou un famas à billes : le comportement sera légèrement différent d’un modèle à l’autre mais c’est surtout le look de la réplique qui importe à ce moment.

Ensuite, au-delà de l’équipement de sécurité obligatoire (lunettes de protection) ou conseillé (casque, genouillères, chaussures adaptées), libre à vous de choisir votre habillement. Si vous appréciez l’apparence des GI américains, vous pouvez très bien chercher à en reprendre les caractéristiques. Idem si vous préférez l’armée russe ou les forces spéciales d’un pays en particulier. Bref, les amateurs de jeu de rôle et de simulation militaire seront eux aussi dans leur élément surtout qu’il est possible d’aller jusqu’à porter des camouflages très sophistiqués et des pièces d’équipement récupérées auprès de magasins spécialisés en airsoft (Shop Gun par exemple) ou de surplus.